Voyage-Alpinisme Pérou 1980

Récit d'alpinisme dans la Cordillera Blanca et voyage dans la région de Cuzco




mercredi
18 juin
Départ de Zürich-Kloten avec Balair-Le Point à 11h. 5 copains neuchâtelois: Djent, Jean-Claude, Claude, François et moi. Manque Pinu qui n'a pas pu reporter son billet. Doit venir autour du 30 juin. Vol d'environ 14 heures. Escale à Lisbonne et à Barbados. Avion utilisé : DC-8-63. Pris en charge par le Point. Rencontre avec Dédé et sa copine en arrivant à l'aéroport de Lima. Dormi à l'hôtel Alcazar pour 10$
jeudi
19 juin
Il est 7h ce qui correspond à 13 heures suisse. Temps gris sur Lima. Dédé arrive à 10h. Change de soles à la banca de la nation. On reçoit des billets de 1000 soles, peut donner des problèmes.Changement d'hôtel: on va à l'hôtel Europa, place San Francisco. Très bon hôtel, bon marché et propre. Le change correspond à 1000 soles = 7 Frs. On visite Lima. Les cafés qui sont corrects sont les expresso. Recherche d'un bus pour Huaraz. Les agences sont à la rue Laeticia. On se décide pour un expresso. Coût 22000 soles pour 5 personnes et les bagages. Il y a aussi un bus de nuit : 1100 soles par personne.
Beaucoup de petits vendeurs d'oranges, etc sur la rue. Ils vendent des livres et des cahiers près des écoles. On soupe à côté de l'Europa pour 300 soles. Les gens paraissent très corrects, mais il ets toutefios prudent de bien se mettre d'accord sur les prix.
Ecrit une carte aux parenst et une lettre à Pinu. En voyageant avec le Point, on ne peux pas vendre les billets mais les prolonger dans un délai de 15 jours minimum ed la date du départ. Il faut payer 40$ pour cela.

Bonne bière : Cuzquena. Dédé va chercher sa copine Doris. On discute en espagnol, anglais. Pas de pena ce soir.

vendredi
20 juin
Départ tôt à 7 heures avec l'expresso. Long voyage de 6 heures. Sortie de Lima, favellas y usinos. Ensuite désert de sable le long du Pacifique. Ciel gris. La voiture tangue un peu. Arrêt rapide pour desayuno. Les maisons sont un peu plus misérable qu'à Lima.
Ensuite plus de végétation. On est dans la sierra. Soleil. Grands champs de cannes à sucre. Sur la route, beaucoup de camions et de bus. On commence à monter dans la Cordilliera Negra. Bonne route, sorte de col pas très raide mais assez long. Vacas et moutons. Arrivée à 4100m sur un plateau. On voit les premiers sommets de la Cordillera Blanca. Descente lente jusqu'à Huaraz, pays assez vert, avec quelques arbres. Le chauffeur nous amène jusque chez Victorino. C'est une maison en haut du village. On quitte le taxi. Le chauffeur reçoit 1000 soles et une plaque de choc. Il demande 1000 soles de plus à cause des bagages supplémentaires. On dit non et c'est OK. Accueil par Irma Christina, une des filles de Victorino. Très belle petite maison.
Visite de Huaraz. Rues parfois goudronnées. Les gens semblent assez indifférents. Ville assez grande. Chez Victorino, on nous mène dans une belle chambre. Visite du fils de V., qui a fait guide en Suisse. Miguel parle anglais. Des équipes de Suisses sont aussi en pension: Sonnenville et Co. et des trekkers. No banos, voir au fond du jardin. Température dans la chambre : 18°C. Le temps n'est pas au beau. Discussion avec les 3 Fribourgeois: J-Cl, Pierre et Erahrt. Il y a encore une Genevoise et 2 Suisses Allemands. Donc que des Suisses!

Bon souper: soupe et pâtes mélangées et dessert gélatine. Après la boisson: thé.
Passage au bano: trou entre 4 murs mais assez bien. Puis dodo.

samedi
21 juin
Premier déjeuner chez Victorino, comme à la maison. Les 3 Fribourgeois pensent partir 6 à 7 jours en montagne. Nous allons au marché. 5 cucharras, 180 soles pièce, unne casserole en alu, 3500 soles. Les prix sont assez proches des nôtres. Nous montons vers 13h à nouveau chez Victorino. F., J-Cl. et M. ont acheté un chapeau. J'ai acheté un bonnet d'alpaca. Cl., J-Cl., M. et moi partons jusqu'à dimanche soir vers la Quebrada Quarup. F. malade reste en bas. Belle promenade le long d'un torrent en suivant un chemin passant près de maisons isolées des Indiens. Camping dans un petit vallon au-dessus du torrent. L'herbe est très broutée par les moutons surtout. Peu de végétation. Pas très facile de faire du feu. Souper riz, carottes, oignons et thon. Pas trop de problème pour dormir. On etst un peu serré. Au matin, on entends aboyer un coyote. A six heures déjà, passe une Indienne avec 3 vaches sur le chemin près de la tente.
dimanche
22 juin
Tout est blanc de givre. Déjeuner pain, confiture, Tartex, oignon cru. On repart vers 10 heures pour la Quebrada Quorup. Souvent, il y a des Indiens avec des vaches, des moutons et des cochons. On est à 3800m. On s'arrête à 4100m. Toujours quelques bêtes. Belles montagnes au fond. Sieste. Le soleil tape fort. On redescend par l'autre côté de la vallée creusée par le torrent en suivant un bisse. Là aussi quelques petits Indiens, ils demandent des platas. Personne ne sait ce que c'est. Souvent des petits champs de blé. Descente entre ces champs par des chemins caillouteux jusqu'à Huaraz. F. va mieux. Bon souper: mais, carottes, oignons, poulet. Toute la journée beau, quelques nuages dans l'après-midi. Température tôt le matin: 3°C à 4100m, à 13h 12°C.
On pense monter mardi à la montagne pour une semaine, peut-être à Quorup.
Platas veut dire monnaie!
lundi
23 juin
7h tout le monde est déjà réveillé. F. à discuté hier avec la dame genevoise qui organise des trekkings et avec les Suisses Allemands. Il a appris que les hommes ne font quasi rien à la maison, surtout si c'est des hôtes, c'est dans la tradition. Il a voulu un balai pour notre chambre et c'est la dame qui est venue balayer.

Au début, on ne marchande pas à Huaraz mais il faut faire plusieurs magasins et demander les prix. Pour les gringos, beaucoup de problèmes de maladie viennent de l'eau. Ce jour est consacré aux commissions. Il faut tout acheter pour 10 jours: riz, papas, atun, etc. Cela prend toute la journée. J'achête un chapeau. On apprend qu'il faut marchander car les prix sont poussés pour les gringos. Matin et après-midi sont consacrés à ces achats. Le matin, changement de l'argent. Il faut être patient: 3 personnes doivent timbrer les 5 copies du formulaire de change.

Près de la banque, débarquement d'un camion de coca. Des "vieux" sont sous le camion pour ramasser les feuilles qui tombent. Le soir est la fête de la San Juan. des feux partout. Coutume: écrire 24 billets avec sur chacun un voeu, les lancer au hasard dans le feu, celui qui reste doit se réaliser. On a appris aussi qu'il y a de beaux tours à réaliser: le volcan Misti près d'Arequipa, Cuzco et le chenin des Incas, etc.

mardi
24 juin
Montée avec des ânes pour Quorup. Dédé n'est pas arrivé ce lundi.
Paysages splendides.
mercredi
25 juin
Nuit assez froide. Les arrieros sont les premiers debout. Ils allument le feu et partent chercher les ânes. Ils ne les trouvent pas. En 2 groupes, on va regarder les possibilités de camp de base en dessus d'où est. Vers 8 heures, 3 ânes apparaissent. Discussion : terrain difficile pour les ânes si on monte à gauche. Finalement, on reste là. Discussion d'un prix pour le "portal". Le gardien de camp dit que 800 soles est un poco loco. On donne 200 soles.

On déplace ensuite le camp au-dessus du camp des Espagnols. Bella vista et pas trop de vaches, on espère.Après-midi, pêche avec le gardien et Djent. On pêche une truite dans la rivièe. Presque tous sont montés vers 4800m. Je monte aussi le soir. Ca va bien pour tous. Premier essai de pain par F. Très concluant.
Souper soupe et pain. Ce mercredi matin, les 2 ânes manquant sont réapparus, puis sont descendus seuls dans la vallée.
Temps toujours beau. En-dessous de zéro la nuit. 2 Français seuls sans ânes sont passés pour faire le Tullparaju.Ambiance assez bonne. Il semble que l'on aura pas de problème de bouffe.

jeudi
26 juin
Lever assez tôt. On veut monter sur la montagne d'en face. Son nom nous est inconnu. On sait seuleument que sa hauteur est de 5400m. Déjeuner bircher. Départ à 9 heures. Pente raide d'herbe. Encore des vaches à 4600m. Puis pentes de caillasse et, finalement sorte de face de glace conduisant à une arête. Discussion: on a qu'une corde. Puis 4 vont au sommet à une heure de là. On tourne autour des séracs. Le temps se couvre. 14h30 au sommet.
Retour vers F. Il a vu des gens tourner autour de notre camp. Souci. Descente en 4ème vitesse en 35min. Youpie, c'est Dédé qui est monté avec un porteur.
Souper pâtes et patates, galette avec miel. Dédé va bien. Il est arrivé mardi 24, à 4h du matin, puis est allé chez Victorino. Bonne nouvelle, il y a des pegnas à Huaraz! Temps couvert, nuit chaude et lourde.
junca
vendredi
27 juin
Rien de spécial le matin. Desayuno. Cl. a amené l'eau au camp en détournant un ruisseau. Ecriture, lessive.
Les 4 Espagnols sont de retour. Beau temps avec quelques nuages. Djent, Dédé et J-Cl. vont pêcher. F. fait des photos. Cl. s'occupe du ruisseau. Je monte en direction du col entre l'Ishinca et le Ranrapalca. J'ai oublié les lunettes. Les yoeux piquent. Je n'arrive pas au col, je suis arrivé à env. 5200m. Le temps s'est couvert.
Souper riz, patates, oignons, ail, tout dans une soupe: pas extra, extra!. Nous allons tous discuter avec les 4 Espagnols. Ils dorment déjà après avoir tuer et bouffer le lapin. Un se réveille et nous explique leur ascension du Ranrapalca. Bela n'a pas l'air facile. Il nous donne une carte et 2 bouteilles de gaz. Ils sont très sympathiques. Ils partent demain matin.
Thé, café, puis dodo. Il pleut un peu. Au milieu de la nuit Cl., J.-Cl. et moi-même doivent se lever à différents moments car les vaches sont dans le camp.
samedi
28 juin
Au matin, un peu de soleil. Plusieurs sont malades: mal au ventre. Un Indien passe à 8h30 au camp. Il demande à manger. C'est un vieux berger qui dit être parti à 2h du matin de Huaraz. Les ânes pour les Espagnols sont arrivés vers 9h. F. Cl. et Dédé vont voir pour acheter de la bouffe. Ils achètent pour env. 20000 soles: viande, lyophilisés, sucreries, etc. Matin temps assez beau avec quelques nuages. On se décide à monter au lac près du col avec du matériel. Dédé et Cl. sont malades. Montée en 2h30 environ. Pâturages très raides puis moraines. On cache de la nouriture et du matériel alpin. Avec Djent, je reste un moment pour regarder le Ranrapalca. Parait faisable.
Descente sans trop de problème. J.-Cl. a mal au ventre, il doit descendre doucement. Excellent souper: soupe, haricots, patates, jambon cru. Pluie de plus en plus forte. A 6h, tout le monde est rentré. Autour de nous se promènent des chavaux, 2 ânes, des genisses, des taureaux. Deux campeurs ont monté une tente un peu plus bas. J.-Cl. va mieux mais Dédé ets toujours malade. Grippe?. De jour en jour , on remarque qu'on aurait du prendre du pisco.
dimanche
29 juin
Toute la nuit, Dédé a toussé. Il n'a pas dormi. Il a 39.3°C de fièvre. Alcacyl, etc, la fièvre descend à 38°C. La pluie a cessé pendant la nuit. Ce matin, le temps est beau. On déjeune bircher, puis on se décide à descendre Dédé. Départ. Il faudrait qu'il marche jusqu'au portail, puis avec un taxi jusqu'à Huaraz. Cheminement difficile. Il a de la difficulté à marcher. Après 20 min. environ, J.-Cl. stoppe tout. Effort trop grand. Retour de tout le monde au camp. On décide de soigner Dédé à fond. Médicaments, beaume du Tigre. Autre décision à prendre: qui et combien feront le trajet aujourd'hui jusqu'au col près du Ranrapalca pour le tenter demain. Il est 12h30, la question n'est pas résolue. La sera-t-elle?. Une question est résolue: le nom du sommet gravi le 26 juin est le Jatunmontepuncu, 5415m. Les 4 Espagnols contituaient l'Expedition Altoaragonesa: Ig. Cinto Pina, Teod. Palcin Cebran, Lor. Miranda Loriente, Ant. Ubieto Ausore.

Dans le parc Huascaran, il y a 27 pics de plus de 6000m. Ce parc couvre 340000 hectares. Les Espagnols venaient de Huesca. Le but principal de leur expédition était le Ranrapalca, que nous aimerions faire comme 1er 6000. Donc problème!? L'avis de J.-Cl. a jusqu'à présent été toujours le meilleur et le plus sage.

Dans l'après-midi, on décide que 2 à 3 vont monter au camp 1 et tenter le Ranrapalca. Djent, Cl. et moi mo9ntons. Cl. attendra J.-Cl. pour faire l'Yshinca. Il n'est encore bien acclimaté. F. et J.-Cl. restent avec Dédé. Souper au liophylisé au camp 1 au bord d'un petit lac. Réveil prévu à 2h30.

lundi
30 juin
Réveil, déjeuner. On part à 3h15, Djent et moi pour gravir le Ranrapalca. La pleine lune permet de monter sans lampes. Au col, à 5400m, on doit chausser les crampons. Le glacier craque de partout dès qu'on le touche, il craque en bruit sourd. On monte de nuit sur un glacier parfois assez raide. On suit les traces des Espagnols. Jour vient vers 6h. Passage de la rimaye énorme. Délicat. Gros dépôt de matériel au pied de la face de glace faite d'ice-flutes. On prend une arête rocheuse à droite, mixte et glace. Difficulté de souffle, gaz sur cette arête. On monte ensemble ou en assurant les longueurs.A 11h, sommet ouest 6000m env. Le sommet principal est à 100m plus haut, mais la neige ne porte pas et la fatique se fait sentir. Descente! Rappel sur champignon, puis descente dans les ice-flutes. Du chenit. Tout va finalement assez bien. Rimaye en rappel avec pieu à neige des Espagnols. Les deux sommes fatigués. Attention aux grosses crevasses. Col, tente , Cl. est là. Personne n'est monté. Je suis un peu malade. Peu soupé, très mauvaise nuit pour les trois.
Ranrapalca en face de nous ranrapalca
mardi
1 juillet
Nuit effroyable, déjeuner sur le pouce. On descend tous les 3, avec la tente. Arrivé en bas, plus personne au camp. Un message: J.-Cl. et F. ont descendu Dédé dans la nuit du lundi à 3h, car Dédé recommençait un oedème pulmonaire. Vers midi, ce mardi, ils reviennent. Ont mis 12h jusqu'à la route, presque toujours en portant Dédé. Taxi depuis la route jusqu'à Huaraz 15000 soles.
Dédé va tout de suite mieux, reste au repos à Huaraz. F. et J.-Cl. sont remontés en 5h30 de chez Victorino (25km)!
Cette après-midi, farniente, cuisine, biscuits, caramel. Demain, tout le monde pense monter au col pour garvir l'Yshinca. Des vaches ont déchirés un tendeur de la tente à Cl. Tout le monde va bien, sauf rhume et toux pour quasi tous. Temps au beau. Le lac au bord duquel a été établi le camp 1 a été baptisé lac rhymogène.
   
SUITE du récit ... | Début de la page